Démocratie sous contrôle

« Au nom de la lutte contre le terrorisme, les libertés sont mises en danger par de vastes complexes sécuritaires qui échappent peu à peu au pouvoir politique et au contrôle des élus… »

Jacques FOLLOROU
Démocraties sous contrôle (La victoire posthume d’Oussama Ben Laden)
CNRS – 2014 – 55 pages

            P.9, l’auteur donne le ton de son ouvrage en citant O. Ben Laden, propos tenus après les attentats du 11 Septembre 2001 aux USA « Je vous le dis, la liberté et les droits de l’homme en Amérique sont condamnés. Le gouvernement des Etats-Unis entraînera le peuple américain – et l’Occident en général – dans un enfer insupportable et une vie étouffante. »

            Pour JF, même mort, OBL est parvenu à crédibiliser le concept de terroriste et l’a si profondément ancré dans les esprits qu’il est aujourd’hui brandi comme la première menace qui vise les démocraties occidentales. Les djihadistes ont bénéficié d’une propagande inespérée. Elle est venue des Etats démocratiques eux-mêmes qui ont agité ce danger dans un contexte anxiogène et s’en sont servis pour justifier l’édification de vastes systèmes sécuritaires échappant à un véritable contrôle démocratique.

            Le fossé entre le risque imaginé par les populations et sa réalité a rarement été aussi grand. Ni le territoire américain, ni le sol français, ni les îles britanniques n’ont à craindre d’une attaque de djihadistes.

            L’auteur était bien sûr de lui… Voir les attentats de Janvier 2015 en France.

            L’auteur cite Alain Chouet (ancien de la DGSE) « Il ne faut pas rentrer dans les logiques terroristes, il ne faut pas se laisser sidérer. En 1995, année noire du terrorisme en France, celui-ci a représenté deux attaques aux personnes sur dix mille. Doit-on sacrifier tout notre édifice de libertés publiques dans notre Pays pour une menace aussi faible rapportée à la criminalité ordinaire ou économique ? C’est faire le jeu des terroristes. »

            Peut-être, mais un attentat et un crime ne relève pas du même registre ni de la même perception – interprétation, pour tout individu.

LF

Renvois :
¤ Cédric CAGNAT, Politiques de la violence – FuturWest N°45
¤ Hubert VEDRINE, Dans la mêlée mondiale – FuturWest N°46
¤ Gilbert CLAVEL, La gouvernance de l’insécurité – FuturWest N°51
¤ François HEISBOURG, La fin du rêve européen – FuturWest N°52

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s