De la vérité dans les sciences

Aurélien BARRAU

Dunod – 2016 – 95 pages

           Livre utile ? Livre banal ? Livre dangereux ?

En refermant le livre, j’opté pour la troisième proposition tant l’auteur (présenté comme scientifique) prétend à la rigueur et se laisse régulièrement aller à la fantaisie.

Comme il mélange sous le nom de sciences la philosophie, l’économie, la psychologie… qui n’en sont pas, avec des sciences vraies comme la physique, la chimie, l’astrophysique, nous lisons des contradictions. Ainsi, p.15 il affirme qu’il n’y a pas de caractérisation universelle de la raison – alors que E=MC² est un invariant – pour revenir p.17 à exprimer que tout en science doit être sujet au doute : exact, mais alors pourquoi mettre sur un pied d’égalité des connaissances de très longue durée et des dogmes non vérifiés, pures affirmations gratuites.

Lire la suite

100 inventions tombées du ciel

Jean-François PELLERIN

A2C Médias – 2016 – 190 pages

La préface de Jean-Loup Chrétien, premier astronaute européen et vice-président R1D de Tietronix Inc., est particulièrement enthousiaste.

Et comment ne le serait-on pas devant toutes les applications utilisées au quotidien grâce à la conquête spatiale ?

Choix limités (of course) piochés dans les grandes parties du livre :

Lire la suite

La matière noire ; clé de l’Univers ?

François COMBES

Vuibert – 2015 – 180 pages

 

L’idée d’une « matière noire » remonte aux années 1930. Fritz Zwicky, astronome d’origine suisse remarque en effet, dans une publication datant de 1937, qu’il manque beaucoup de matière dans les amas de galaxies.

 

De nos jours, globalement, les observations concordent pour dire que la matière noire représente 25 % du contenu de l’Univers, et les atomes (baryons) 5 %. La fraction universelle de matière ordinaire représente donc f = 5(25 + 5) = 17 % de la matière totale.

Si les photons que nous recevons du bout de l’horizon ont voyagé 13,7 milliards d’années (terrestres) avant de nous rencontrer, la sphère est pendant ce temps entrée en expansion, et on estime que le rayon de l’horizon est aujourd’hui de 46 GA-L.

 

La matière noire exotique est nécessaire dans la formation des galaxies, selon le modèle cosmologique standard. Elle ne doit avoir aucune interaction avec les photons pour pouvoir s’effondrer avant la recombinaison du plasma en atomes.

 

Dans les 10 ans qui viennent, de nombreux instruments vont devenir opérationnels et apporter un flot d’information considérable pour mieux comprendre notre Univers, et, en particulier, la façon dont les galaxies se sont formées à partir des fluctuations de matière noire de l’Univers primordial. Ce seront principalement le « Extremely Large Telescope » européen, installé au Chili ; et, dans l’espace, le JWST – James Web Space Telescope.

Belle moisson en perspective !

 

Le livre est un peu ardu à lire, mais c’est l’effort à faire pour accéder à des connaissances riches vs obscurantismes.

 

Renvoi :

 

¤ Peter ATKINS, Les 4 grands principes qui régissent l’Univers – FW N°39.

¤ Etienne KLEIN, Discours sur l’origine de l’Univers – FW N°39.

¤ Freeman DYSON, La vie dans l’Univers – FW N°40.

¤ Brian GREENE, L’Univers élégant – FW N°48.

¤ Roger PENROSE, Les cycles du temps (Univers) – FW N°55.

 

 

PhS

Le Lean en questions

Cécile ROCHE

L’Harmattan – 2016 – 215 pages

 

Le Lean (maigre, en anglais) n’est pas le dernier régime amaigrissant à la mode pour retrouver la ligne parfaite afin de parader sur les plages de l’été.

Pour certains, il est présenté comme l’une des dernières innovations dans le management.

Comme il s’agit de management, je retiendrais la définition attribuée à Peter Drucker « Le management vise à transformer les compétences individuelles en compétences collectives pour les rendre efficaces et dégager ainsi des performances propres à l’entreprise. Il est un élément de la pérennité en assurant la cohérence entre finalités, objectifs, procédures et résultats. »

Lire la suite

Le continent des imprévus

Patrick LAGADEC

Manitoba – 2015 – 270 pages

 

J’ai connu PL au début des années 1980 lors des parutions de ses deux premiers ouvrages « Le risque technologique majeur » et « La société du risque ». Il était alors un très grand pionnier du sujet et ne pouvait que motiver les prospectivistes.

Une citation du présent livre donne le ton « Le problème n’est pas de se préparer pour éviter les surprises, mais de se préparer à être surpris. »

Lire la suite

Le jihadisme

David BÉNICHOU, Farhad KHOSROKHAVAR, Philippe MIGAUX

Plon – 2015 – 495 pages

 L’objectif principal de l’ouvrage est de faire œuvre de vulgarisation, au sens noble du terme, et de rendre compte du phénomène jihadiste, entendu comme une idéologie extrémiste inspirée de l’islam mais à ne pas confondre avec cette religion. Alors que le jihadisme présente à la fois une menace réelle et une menace symbolique, par sa remise en cause du vivre ensemble, les trois auteurs nous proposent d’en décrypter le sens, la portée, la fabrication idéologique, les modes d’actions, mais aussi les différentes formes qu’il peut revêtir, tant dans les sociétés musulmanes qu’en Europe occidentale où l’Islam est devenue la deuxième religion dans de nombreux pays.

Lire la suite

L’Etat en mode start-up: Le nouvel âge de l’action publique

Yann ALGAN, Thomas CAZENAVE

Eyrolles – 2016 – 220 pages

 Les auteurs font le constat que le système administratif français est à la limite. L’état doit agir de manière transparente. La réforme par le décret d’en haut ne fonctionne pas. En s’appropriant les nouvelles technologies, ils doivent s’ouvrir vers les usagers et assurer des services de proximité.

Cet ouvrage a été préfacé par Emmanuel Macron et ceci donne le ton. Les auteurs, car il s’agit d’une œuvre collective ayant expérimenté la modernisation de l’état, tentent de dresser ce que devrait être la transformation de la puissance publique.

Lire la suite

Made in India, le laboratoire écologique de la planète

Bénédicte MANIER

Premier Parallèle – 2015 – 155 pages

L’Inde apparaît pour BM comme un concentré de ce que la planète vit : un « laboratoire singulier, où cohabitent les effets les plus néfastes de la civilisation industrielle et les mobilisations écologistes les plus inspirantes ». Ce pays connait des évolutions irréversibles et à vitesse accélérée comparé à l’ensemble du globe. Dans le même temps, l’auteure considère que ce pays est probablement celui du monde où naissent le plus d’initiatives ingénieuses venues de citoyens ordinaires.

Le livre commence par la présentation d’initiatives locales de réduction ou de réutilisation des déchets.

Lire la suite

Vers une nouvelle société de la connaissance

Yves ARDOUREL

Presses Universitaires de Bordeaux – 2014 – 260 pages

 

Structurée en cinq parties l’ouvrage place l’émergence en cours de la société de la connaissance dans le prolongement de l’aventure du numérique.

 

Trois hypothèses permettent d’explorer ce monde en création : les contenus numérisés – écrits, images – produits par de multiples instances, en des quantités jamais atteintes dans l’histoire, nécessitent une nouvelle mise en forme de ces savoirs, des nouveaux modes de diffusion et d’usage. Les nouveaux modes de diffusion font appel à structures qui donnent à ces contenus un statut et des modalités d’accès, soit libres soit commerciales. Enfin, les usagers de ces contenus, par leurs modes d’appropriation, d’enrichissement des contenus, d’utilisation ludique ou professionnelle les transforment en connaissances. Pour l’auteur une société de la connaissance serait celle capable de « reconnaître et valoriser les engagements de ses membres dans la pratique des savoirs et des connaissances partagées. »

Lire la suite

Atlas de la France du futur / Notre avenir en 72 cartes

Benoist SIMMAT

Autrement – 2016 -175 pages

 

Avertissement au lecteur (Warning !).

Les cartes présentées ici (avec leurs commentaires) sont des projections linéaires, en aucun cas des prospectives intégrant les ruptures, bifurcations, discontinuités… qui ne manqueront pas de se produire entre 2016 et … 2116 pour la carte la plus lointaine.

De plus, chaque carte est affublée d’un indice de probabilité sur 100, dont il n’est expliqué à aucun moment quels sont les algorithmes qui furent utilisés.

Quelques commentaires.

Lire la suite